LA PAROLE QUI SAUVE

LA PAROLE QUI SAUVE

lé pour une offrande selon le coeur de Dieu - Parfait Beugré

 

 


En dehors de la compassion et de la miséricorde infinie de Dieu, il y a une clé que le Saint Esprit souhaite nous apporter. Une clé que Caïn et Abel avait spontanément saisie car on la retrouve dans l'offrande des deux personnages.

Le Merveilleux Saint Esprit souhaite nous montrer une chose au niveau de nos dimes, de nos offrandes, et de tout ce que nous pouvons apporter dans la maison du Seigneur.

Il y a quelque chose de très fort qui va au-delà de la quantité ou de la valeur de ce que nous apportons a l’Eternel. Une chose que le Seigneur Jésus recherche d’une façon particulière chez ses enfants. C’est ce que nous allons par la grâce du Seigneur, voir maintenant.

 

1 Adam connut Eve, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit : J'ai formé un homme avec l'aide de l'Eternel.

 

2 Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.

 

3 Au bout de quelque temps, Caïn fit à l'Eternel une offrande des fruits de la terre;

 

 

4 et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande;

 

 

5 mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu.

 

Dans ce merveilleux récit de la parole du Seigneur, nous voyons que le Seigneur a porté un regard favorable à Abel et son offrande. Mais nous voyons aussi, une autre chose, c’est que le Seigneur n’a pas délaissé Caïn, mais à souhaité lui redonner une autre opportunitée de bien faire. Regardons :

 

6 Et l'Eternel dit à Caïn : Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu ?

 

 

7 Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui.

 

Il est vrai que l’offrande d’Abel avait certaines particularités qu’on ne retrouvaient pas dans l’offrande de Caïn. Il y avait chez Abel :

  • L’alliance du sang agrée par Dieu : Abel fit un sacrifice de sang, car Dieu lui-même a d’abord fait un sacrifice de sang pour couvrir la nudité d’Adam et d’Eve.

 

21 L'Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit.

 

  • Le principe des prémices : Abel offrit les premiers nés de son troupeau et leurs graisses. Symbolique ou préfiguration de l’importance de l’un des nombreux caractères de nos Dimes.

Avant de donner la parole révélée, le Saint Esprit attire maintenant notre attention sur une chose qui vient en appui à ce qu’il souhaite nous montrer. Regardez :

 

4 et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande;

 

 

5 mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu.

 

Avez-vous remarqué ? Ce n’est pas seulement sur l’offrande que le Seigneur à porté un regard favorable ou défavorable, mais c’est AUSSI SUR LA PERSONNE QUI L'A FAIT.

Premier Mystère :

La valeur de l’offrande ne dépend pas SEULEMENT de la qualité de se qu’est l’offrande, mais C’EST CELUI QUI FAIT L’OFFRANDE QUI DONNE A L’OFFRANDE SA VERITABLE VALEUR.

C’est pourquoi le maître disait :

 

16 Malheur à vous, conducteurs aveugles ! qui dites : Si quelqu'un jure par le temple, ce n'est rien; mais, si quelqu'un jure par l'or du temple, il est engagé.

 

 

17 Insensés et aveugles ! lequel est le plus grand, l'or, ou le temple qui sanctifie l'or ?

 

Cependant que dit la parole du Seigneur a notre sujet :

 

16 Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ?

 

Le Saint Esprit vient de nous demontrer par la révélation de la parole du Seigneur que c'est bien nous qui donnons la veritable valeur à l'offrande et non pas l'inverse, Amen.

Venons-en au fait maintenant. Dieu porte un regard favorable à Abel et son offrande. Cependant malgré le regard défavorable qu’il porte à l’offrande de Caïn dont l’IRRITATION, révèle d’une façon indirecte l’état du cœur de celui-ci, il a le désir de lui donner une second opportunitée de relever sa tête. Dieu désire lui donner l’occasion de lui faire une meilleure offrande, autrement dit, une offrande selon son cœur (le cœur de Dieu).

En dehors de la compassion et de la miséricorde infinies de Dieu, il y’a une clé que le Saint Esprit souhaite nous apporter. Une clé que Caïn et Abel avait spontanément saisie car elle se retrouve dans l'offrande des deux personnages. Une clé qui est bien au-dessus des caractéristiques de l’offrande d’Abel, et suffisamment puissante pour toucher le cœur du Seigneur en plus de sa grande miséricorde pour souhaiter relever la tête de Caïn.

Voici maintenant cette clé :


Notons qu’Abel comme Caïn ont effectivement tout deux fait une offrande au Seigneur, certes, mais avez-vous remarqué que la loie n’existait pas à ce moment-là et que le Seigneur n’avait jamais demandé a qui que ce soit, ni à Adam, ni à Eve, ni à Caïn, ni à Abel, de lui faire une offrande ? Avez-vous remarqué que la source de leur offrande n’était pas scripturaire, ni légale, ni commander par l’Eternel ?

Elle n’avait d’autre source que leurs cœurs plein de reconnaissance à Dieu et a ce qu’il leur avait Donné. C’était une offrande désinteressée !
Car nous sommes juste après le temps de la création, et tout ce que possédaient Adam, Eve, Caïn et Abel leur avait été attribué par Dieu directement ! Sa présence était encore palpable peut être dans une dimension certainement amoindri à cause du péché Adamique, mais notez que Dieu leur parlait encore directement. C’est bien après qu’on commença a invoqué le nom de l’Eternel.

 

25 Adam connut encore sa femme; elle enfanta un fils, et l'appela du nom de Seth, car, dit-elle, Dieu m'a donné un autre fils à la place d'Abel, que Caïn a tué.

 

26 Seth eut aussi un fils, et il l'appela du nom d'Enosch. C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de l'Eternel.

 

Le Saint Esprit nous appelle à disposer nos cœurs avec une autre perspective lorsque nous apportons des dons, dimes et offrandes dans sa maison.

Pour résumer cette pensée je dirais simplement cette phrase :

Si tu avais l’habitude d’apporter à l’église tes dimes, tes offrandes, tes dons parce que cela est écrit et prescrit dans la merveilleuse parole du Seigneur, tu fais bien.

Mais si tu le fais, d’abord parce que tu reconnais Jésus Christ comme Seigneur et Sauveur, et que tu reconnais que tout ce que tu possèdes comme bien, comme emploi, comme argent, tu ne l’a pas acquis, mais que c’est le Seigneur Jésus qui t’en a fait grâce, tu fais MIEUX, et cela impacte le cœur de Dieu.
Apporte non pas parce qu’il Faut apporter, mais apporte parce que tu reconnais celui à qui tu apportes comme Seigneur et Sauveur, comme Dieu. 

Cette pensée du jour a été écrite par Parfait Beugré


26/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres