LA PAROLE QUI SAUVE

LA PAROLE QUI SAUVE

Trois armes pour attendre avec succès - David Porter




Si vous n’apprenez pas la patience vous ne verrez pas la main de Dieu agissant pour vous d’une manière systématique

Je déteste attendre.

Mes sentiments vis-à-vis des files d’attentes au supermarché et les feux rouges sont les mêmes qu’éprouve Astérix quand il voit César et les Romains. Je les évite autant que possible.

Malheureusement, on ne peut pas toujours les échapper. Alors, me voici, dans une file d’attente au supermarché derrière douze autres pèlerins. Un peu plus loin, il y a une file avec seulement une personne qui attend, une pauvre dame âgée.

Je regarde à droite et à gauche pour être sûr que ce n’est pas un piège, puis, je change de file.

Me voici, dans ma nouvelle file. Seulement, la caissière, bon, c’est sa première journée de travail, alors pour sa première cliente, la vieille dame, elle doit appeler son supérieur pour lui demander quelque chose. Je regarde la file où j’étais et là, la caissière fait passer les clients au rythme d’un cœur qui bat fort.

Boum, boum, boum—sortie ! Boum, boum, boum—sortie !

Entre-temps chez moi, le deuxième achat de la grand-mère n’a pas un prix marqué, alors la jeune appelle quelqu’un pour le savoir.

Je regarde mon ancienne file … boum, boum, boum !

La troisième chose que notre chère amie a achetée est des bananes. Seulement, elle a oublié de les peser. Alors, la caissière appelle de l’aide et quelqu’un vient les chercher pour les peser.

Je regarde mon ancienne file d’attente avec regret. La dame qui a pris ma place quand je l’ai quittée est déjà revenue chez elle. Elle s’est mariée, a eu des enfants et attend son premier petit-enfant.

Vous ai-je dit que je n’aime pas attendre ?

Espérant dans le Seigneur

Je soupçonne que je ne suis pas le seul qui n’aime pas attendre. Connaissez-vous quelqu’un qui choisisse exprès la file la plus longue ?

Mais, savez-vous qui me fait attendre plus que n’importe qui ? Le Seigneur ! Comme Il est lent parfois. On penserait qu’Il le fait exprès. Et pas seulement moi. Ecoutez cet homme qui a vécu il y a environ trois mille ans:

(du Ps. 130, Parole de Vie)
"Du fond de mon malheur, je t'attends, Seigneur... Seigneur, écoute mon appel, sois attentif quand je crie vers toi !
Seigneur, si tu gardes les fautes dans ta mémoire, qui pourra tenir debout ? Mais toi, tu peux pardonner, et ainsi, on te respectera.
J'attends le SEIGNEUR, je l'attends de tout mon cœur, j'ai confiance en sa parole. Mon cœur attend plus sûrement le Seigneur qu'un veilleur n'attend le matin...
Peuple d'Israël, attends le SEIGNEUR avec espoir, car il est bon, il peut te délivrer de mille manières."

Alors, ce n’est pas seulement moi qui me tiens debout, regardant ma montre toutes les trois minutes.

C’est peut-être vous aussi. Vous avez prié pour un travail, une épouse, une guérison, de l’aide dans une situation dure, ou – bon, rajoutez simplement votre épreuve. Il vous parle.

Cet homme nous donne le secret d’attendre avec succès:

1. Regardez vers Dieu pour l’aide (verset 1). Ne boudez pas, ne pleurnichez pas, mais priez constamment de tout votre cœur (v. 2). Il fait mention de l’attitude de la sentinelle ici (v. 6) Au plus profond de la nuit le sommeil l’appelle avec insistance. Il se lève et il marche. Il ne peut pas dormir parce que la ville lui fait confiance. Mais comme il désire le matin !

Vous aussi. Vous languissez après l’aide de Dieu. Arrêtez d’essayer de tout arranger par vos propres efforts et regardez à Jésus. S’il y a quelque chose à faire Il vous le montrera.

2. En attendant votre délivrance, gardez votre espoir dans le Seigneur et sa Parole qui ne faillit jamais, cette Parole pleine de ses promesses (v. 5, 7). Répétez ses promesses à vous-même. Souvenez-vous de sa fidélité par le passé, combien Il est bon aux autres, combien Il vous aime et vous pardonne. Ce n’est pas un espoir de « j’espère qu’il ne pleuvra pas aujourd’hui. Ce n’est pas une expression de « peut-être ». C’est une profonde assurance basée sur le fait que Dieu est toujours fidèle à faire ce qu’Il a promis (v. 7)

3. Calmez-vous. Le psaume 131 nous donne une autre clef pour attendre avec succès. « j'ai imposé le calme et le silence à mon âme, Comme un enfant sevré auprès de sa mère ; Mon âme est en moi comme un enfant sevré. » (v. 2, version Colombe)

Quand mes enfants, nouveau-nés, se réveillaient, c’était : « tout le monde sur le pont » jusqu’à ce qu’ils aient le biberon dans la bouche. Le cri d’un nouveau-né réveille les morts. Mais, imaginez si je criais, moi, comme ça quand j’ai faim. Vous croyez que mon épouse serait impressionnée?

Non, quand ce petit aura un peu de maturité, il apprendra à se calmer et attendra jusqu’à ce que maman (ou papa) prépare le repas. Si nous sommes des nouveau-nés spirituellement, nous pouvons hurler mais quand nous sommes matures nous apprenons à nous calmer. La nourriture vient le moment venu.

Non, je n’aime pas du tout attendre. Mais, savez-vous quoi ? Je veux grandir pour être plus comme Jésus, alors, me voici en train de me répéter ses promesses, me souvenant de sa fidélité, et cherchant sa réponse à mes prières. Je calme mes craintes et frustrations en me confiant en Lui.

Après tout, le Seigneur ne peut pas être plus lent que cette fille au comptoir numéro cinq !

Cette pensée du jour a été écrite par David Porter

 



02/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres