LA PAROLE QUI SAUVE

LA PAROLE QUI SAUVE

l'Assomption: Dogme ou Croyance?

Au XIIIe siècle, Thomas d’Aquin affirmait, comme de nombreux autres théologiens, qu’il était impossible de faire de l’Assomption un dogme, puisque “les Écritures ne l’enseignent pas”. 

Au dire du jésuite Giuseppe Filograssi, jusque dans la première moitié du XXe siècle, des biblistes catholiques ont continué à publier des “études et des commentaires qui n’étaient pas toujours favorables” à la doctrine de l’Assomption. Même certains papes, tels que Léon XIII, Pie X et Benoît XV, “étaient assez réservés sur ce point”. Mais le 1er novembre 1950, l’Église a finalement pris clairement position. Le pape Pie XII a annoncé: “Nous définissons comme un dogme divinement révélé que l’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la Gloire céleste.” — Munificentissimus Deus.

Les catholiques n’avaient plus le choix: la croyance à l’élévation corporelle de Marie au ciel était devenue un dogme de l’Église. Le pape Pie XII déclara: “Quiconque (...) oserait abjurer ou remettre en question ce que Nous avons défini doit savoir qu’il ne satisfait pas à l’exigence de la foi catholique et divine.”

Dans la religion catholique, un dogme, à la différence d’une croyance, est une vérité solennellement établie par un concile œcuménique, ou par le “magistère infaillible” du pape. L’Assomption de Marie est la plus récente des doctrines ainsi promulguées par l’Église catholique.

Marie est-elle vraiment morte avant sa prétendue ascension au ciel? Les théologiens catholiques se trouvent là devant un dilemme théologique épineux. Le Nuovo dizionario di teologia fait remarquer qu’“il serait difficile d’accorder à Marie le privilège d’avoir échappé à la mort, privilège que même le Christ n’a pas eu”. D’autre part, en disant que Marie est bien morte, on soulève une autre question embarrassante. La théologienne Kari Børresen déclare que “la mort est le châtiment du péché originel, dont Marie aurait été préservée, selon [la doctrine de l’‘Immaculée Conception’]”. Pour quelle raison serait-elle donc morte? Il n’est pas étonnant que le pape Pie XII ait soigneusement évité de parler de la mort de Marie quand il a défini le dogme de l’Assomption.

Fort heureusement, l’enseignement de la Bible est sans équivoque. Nulle part elle n’enseigne, ni ne laisse entendre, que Marie était le fruit d’une “Immaculée Conception”. Au contraire, la Bible montre que Marie était un être imparfait et qu’elle avait besoin de la rédemption. Pour cette raison, après la naissance de Jésus, elle est allée au temple offrir à Dieu un sacrifice pour le péché (Lévitique 12:1-8; Luc 2:22-24). Comme tous les humains imparfaits, Marie a fini par mourir. — Romains 3:23; 6:23.

Cette simple vérité est en totale contradiction avec les questions insolubles que soulève le dogme de l’Assomption.



11/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres