LA PAROLE QUI SAUVE

LA PAROLE QUI SAUVE

Je te fais Dieu pour Pharaon - Gael Eba-Gatse


Combien de fois, nous enfants et serviteurs de Dieu, ne sommes nous pas tombés dans ce piège de s'approprier la gloire de Dieu et de fixer les regards des gens sur nous, notre don, notre ministère, au lieu de les conduire et leur montrer celui qui peut faire infiniment au-delà de nos pensées.

Mes amis, Dieu choisit, appelle, se révèle et équipe toujours ses instruments humains pour accomplir ses desseins sur la terre. Lorsque Dieu nous équipe, il le fait dans un but bien précis.

 

1 L'Eternel dit à Moïse : Vois, je te fais Dieu pour Pharaon : et Aaron, ton frère, sera ton prophète.2Toi, tu diras tout ce que je t'ordonnerai; et Aaron, ton frère, parlera à Pharaon, pour qu'il laisse aller les enfants d'Israël hors de son pays.

Dans le passage de notre texte de base, nous découvrons que Dieu dit à Moïse qu'il le fait Dieu devant Pharaon et que Aaron son frère sera son prophète.

Étant donné que Pharaon était considéré comme Dieu sur terre, l'Eternel a donc choisi lui aussi un instrument humain en vue de confondre Pharaon et toute l’Égypte. Moïse, en se dressant devant celui qui était le représentant des divinités égyptiennes, prouvait à suffisance que la multitude des dieux égyptiens ne pouvait égaler le Dieu unique dont il (Moïse) était l'envoyé et le représentant légal.

Dieu a donc équipé son serviteur Moïse afin qu'il manifeste Sa puissance et qu'il fasse comprendre aux égyptiens que Pharaon n'était pas Dieu sur terre et que tous leurs dieux n'étaient en réalité que des idoles sans vie et puissance véritable.

La déité de Moïse était pour Pharaon et pour l’Égypte seulement. Mais, pour les enfants d'Israël, Moïse n'était pas Dieu parmi eux, mais son Porte-parole, son prophète.

Souvenez vous, lorsque Moïse a oublié de sanctifier le nom de Dieu devant le peuple, cela lui a coûté très cher. En voulant prendre la gloire qui revient de droit à Dieu, il a été disqualifié pour l'entrée à Canaan.

 

8 Prends la verge, et convoque l'assemblée, toi et ton frère Aaron. Vous parlerez en leur présence au rocher, et il donnera ses eaux; tu feras sortir pour eux de l'eau du rocher, et tu abreuveras l'assemblée et leur bétail.9 Moïse prit la verge qui était devant l'Eternel, comme l'Eternel le lui avait ordonné.

 

10 Moïse et Aaron convoquèrent l'assemblée en face du rocher. Et Moïse leur dit : Ecoutez donc, rebelles ! Est-ce de ce rocher que nous vous ferons sortir de l'eau ?11 Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l'eau en abondance. L'assemblée but, et le bétail aussi.

 

 

12 Alors l'Eternel dit à Moïse et à Aaron : Parce que vous n'avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d'Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne.

 

Oui, mes amis, Moïse avait oublié qu'il était le prophète pour le peuple et non Dieu. Il a donc commis la maladresse de dire au peuple :
"Écoutez donc, rebelles ! Est-ce de ce rocher que nous ferons sortir de l'eau ?"

Ce n'était pas à lui de faire le miracle de l'eau sortant du rocher. D'ailleurs, la capacité de le faire ne pouvait venir que de Dieu.

En disant : « Est-ce de ce rocher que nous ferons sortir de l'eau ? », il a, involontairement, volé la gloire de Dieu. Il s'est attribué à lui et Aaron la capacité de pouvoir faire sortir de l'eau du rocher. Le plus dramatique dans tous cela, c'est qu'ils ont agit contrairement aux recommandation de Dieu.Au lieu de parler, ils ont frappé le rocher deux fois.

En effet, frapper le rocher était leur initiative personnelle et parler au rocher était la volonté de Dieu à ce moment précis. Ils ont opté pour agir en solo, sans associer Dieu.

Pourtant, Moïse, aurait dû garder la même attitude et obéissance qu'il avait manifesté face à la mer rouge. Lors de cette épisode de sa vie, il a su rendre gloire à Dieu et conduire le peuple non pas à avoir les yeux fixés sur lui, mais plutôt sur la capacité de leur Dieu à agir en leur faveur.

 

13 Moïse répondit au peuple : Ne craignez rien, restez en place, et regardez la délivrance que l'Eternel va vous accorder en ce jour; car les Egyptiens que vous voyez aujourd'hui, vous ne les verrez plus jamais.14 L'Eternel combattra pour vous; et vous, gardez le silence.

 

 

15 L'Eternel dit à Moïse : Pourquoi ces cris ? Parle aux enfants d'Israël, et qu'ils marchent.16 Toi, lève ta verge, étends ta main sur la mer, et fends-la; et les enfants d'Israël entreront au milieu de la mer à sec.

 

 

17 Et moi, je vais endurcir le coeur des Egyptiens, pour qu'ils y entrent après eux : et Pharaon et toute son armée, ses chars et ses cavaliers, feront éclater ma gloire.

 

Combien de fois, nous enfants et serviteurs de Dieu, ne sommes nous pas tombés dans ce piège de s'approprier la gloire de Dieu et de fixer les regards des gens sur nous, notre don, notre ministère, au lieu de les conduire et leur montrer celui qui peut faire infiniment au delà de nos pensées : Christ.

Combien de fois, n'avons nous pas cru qu'avec nos dons et talents nous pouvions nous passer de Dieu et faire ce qu'on veut. Dès l'instant ou nous voyons des résultats, des prodiges, des miracles, nous nous convainquons que Dieu nous approuve dans ce que nous faisons et que nous sommes dans sa volonté.

Oui, mes amis, les dons et les talents que nous avons sont bel et bien de Dieu et il approuve ce qui vient de lui. La question n'est pas là. Le vrai problème, c'est plutôt au niveau du porteur du don. Bien que Moise n'ai pas honoré Dieu dans ses paroles, cela n'a pas empêché que le miracle se fasse et que l'eau sorte du rocher. Réfléchissez y un peu .

C'est pourquoi, lorsque Dieu nous équipe de dons et charismes , ne faisons pas de cela une fin en soi et ne l'utilisons pas pour un but personnel en vue de satisfaire notre ego et notre besoin de paraître.

Évitons donc tous ces « moi je..., quand je prie pour quelqu'un, mon ministère est puissant, ... ».Toutes ces formes de propagandes personnelles mettant en avant notre « moi », sont à mon humble avis à éviter en tant que ministres de Dieu. Cela ne glorifie nullement Dieu. Seule notre ego y trouve une totale satisfaction

Apprenons, comme Jean Baptiste, à diminuer afin que lui seul croisse. Oui, mes amis, non pas notre volonté, mais sa volonté.

Que Dieu nous aide.

Cette pensée du jour a été écrite par Gael Eba-Gatse


02/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres